Miembro de la Sociedad Alemana para el Miedo Dental

Para los pacientes con alta fobia o fobia extrema al dentista
Consulta anónima por teléfono Tel: 0049 34298 489912

Presse-Artikel

Fit For Fun, Édition 8/00

« Ouvrir la bouche sans avoir peur »

Vous n’aimez pas aller chez le dentiste, mais y allez quand même. En revanche, celui qui souffre de Phobie du traitement évite souvent toute visite d’un cabinet dentaire pendant des années. Nous vous révélons maintenant comment vous pouvez vaincre les grandes...

Imaginez que l’on creuse votre dent et que vous ne sentiez rien. C’est ce qui est arrivé à Brigitte Brokmann (46 ans), de Garbsen. Pendant 32 ans, elle a cherché à sortir du piège dans lequel sa peur la retenait prisonnière. Combien de fois ne s’est-elle pas retrouvée, baignée de sueur et agrippée à la main de son mari, devant la porte d’un cabinet dentaire sans pouvoir simplement y entrer, ou s’est-elle fait renvoyer chez elle, car considérée comme un cas trop difficile.

« Lorsque j’en ai eu fini avec les derniers soins, j’en ai pleuré de fierté. »

Son sauveur : le dentiste munichois Michael Leu, président de la « DEUTSCHE GESELLSCHAFT für ZAHNBEHANDLUNGSPHOBIE® » (DGZP® / Société allemande pour les phobies du traitement dentaire) ». Ce dentiste soigne ses patients sous anesthésie générale. Une sorte de dernière issue de secours. « Bien sûr, un accompagnement psychologique est nécessaire pour de tels patients, mais lorsqu’ils viennent me voir, les dommages constatés sur leur dentition sont souvent tellement avancés que leur traitement ne souffre aucun délai. », dit-il. Apparemment, l’anesthésie générale aide la plupart des patients phobiques à surmonter leur traumatisme. « Environ 80 pour cent d’entre eux n’ont plus peur des autres traitements dentaires. » Tout comme Brigitte Brokmann : « Lorsque j’en ai eu fini avec les derniers soins - sans anesthésie - j’en ai pleuré de fierté. »

Mathias Heinze

atrás